Lutte contre le Vih/Ist et covid-19

L’Unicef en première ligne pour la prévention des jeunes

Dans le cadre de la lutte contre ces deux pandémies en milieu jeune dans la Commune d’arrondissement de Yaoundé II, des protocoles d’accord ont été signés le lundi 25 janvier 2021 à Yaoundé, entre les acteurs locaux et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance.

La salle des actes de la Commune d’arrondissement de Yaoundé II (Cay2), a abrité le lundi 25 janvier 2021, la Cérémonie de signature des protocoles d’accord entre les acteurs locaux de la lutte contre le Vih/Ist/covid-19 et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef). Ont pris part à cette cérémonie riche en sons et couleurs, le Maire de la commune d’arrondissement de Yaoundé II, Martial Yannick Ayissi Eloundou, la représentante du représentant de l’Unicef au Cameroun, Maya Fachrani Faisal et le représentant de la directrice de l’Association active et de la participation des jeunes au Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique (Minjec), Raoul Abouem. Ce projet entend contribuer à améliorer l’efficacité de la réponse à la prolifération du Vih/Ist en milieu jeune. De plus, le fort poids démographique des jeunes dans la population globale du Cameroun (environ 60%, d’après le 3ème Recensement Général de la Population Humaine – Rgph) impose de placer la lutte contre le Vih/Sida chez les adolescents et les jeunes au centre des priorités de développement pour préserver la santé des générations présentes et futures. Comme une réponse à cette problématique spécifique et en étroite synergie avec la réponse nationale, le (Minjec), dans le cadre du Programme de Coopération Cameroun – Unicef, met en œuvre depuis l’année 2013, avec l’appui technique et financier de l’Unicef, un projet de Prévention primaire des Ist/Vih/Sida chez les adolescents et les jeunes pour prévenir la transmission du Vih chez cette tranche de la population qui est la plus touchée par cette pandémie.

Pour le Maire de Yaoundé II, «c’est une opération qui consiste à mettre en œuvre les acteurs sociaux. Ces acteurs sociaux sont des jeunes, qui vont œuvrer pour améliorer l’accès au service de la santé reproductive, et la prévention contre les Ist/Vih/sida et la lutte contre le covid-19 », a relevé le plus jeune Maire du Cameroun, Martial Yannick Ayissi Eloundou. Ce sont les associations de lutte contre le Vih/Ist/Covid-19 qui vont implémenter cela sur le terrain. « Nous allons organiser des campagnes de sensibilisation auprès des jeunes et mêmes des autorités traditionnelles parce qu’ils sont les relais auprès des populations. Nous allons également sensibiliser les leaders d’association parce qu’à travers eux, nous pourrons toucher les cibles plus nombreuses. Nous allons organiser des causeries éducatives, nous allons sensibiliser également les jeunes à travers les réseaux sociaux, parce que nous avons un community manager et un site internet. Sur notre page Facebook, nous allons mettre nos spots publicitaires. Nous allons à travers les émissions radios, sensibiliser également les jeunes », a expliqué Odile Ngono, responsable du centre des jeunes de la Cameroon national association for family wealth far (Camnafor), pour la région du Centre.

Dans cette commune de la ville aux sept collines, en dehors de la covid-19, d’autres pandémies comme Le Vih/Ist sévissent au sein des populations. Ceci constitue, à n’en point douter, une garantie pour l’atteinte des objectifs de développement que s’est fixé le Cameroun en vue de son émergence à l’horizon 2035. Car si rien n’est fait, le nombre d’adolescents et jeunes (15-24 ans) va continuer de croître considérablement. La pandémie à coronavirus ralentit les efforts de développement économique et détériore le tissu social de la population.

Source : http://santenatureinfos.com/lutte-contre-le-vih-ist-et-covid-19/